Des seins ronds et fermes, des lèvres parfaitement dessinées, des rides effacées, des fesses bombées… Retoucher son corps aujourd’hui n’est plus de l’ordre de l’inconcevable. Depuis une dizaine d’années, la chirurgie esthétique connaît une véritable explosion, la Côte d’Azur en pôle position de cette impressionnante évolution.

L’humanité refuse de vieillir. Ou plutôt, désire plaire le plus possible. Et puisque la médecine offre désormais des solutions, pourquoi ne pas en profiter ? Depuis peu, la chirurgie esthétique connaît un incroyable essor : « C’est une obsession de ne pas vouloir vieillir, c’est une forme de névrose. A Cannes, il y a un nombre important de personnes âgées qui ne voient qu’une solution : la chirurgie », constate Michèle, amatrice de crèmes anti-vieillissement.

La course à la jeunesse éternelle n’est pas la seule motivation des amatrices du genre. L’apparence a pris une telle place dans la vie des gens que leurs motivations sont essentiellement psychologiques. La beauté envahit les reportages télévisés, les magazines, les clips musicaux. Il n’est pas rare de rencontrer des jeunes filles qui ont multiplié les opérations, espérant ainsi ressembler au mieux à un modèle stéréotypé, imposé par les médias : « Aujourd’hui, c’est la mode des anorexiques aux gros seins. Quand je vois à la télévision, que pour vendre une savonnette, on est obligés de voir une paire de fesses, c’est hallucinant (…) C’est malheureux à dire mais nous sommes en fin de civilisation, les bordels sont dans la rue », se désole Monique, une jolie et naturelle cannoise de 57 ans.

Alors qu’elle était utilisée auparavant de façon réparatrice pour guérir certains maux, la chirurgie esthétique devient un véritable phénomène de société. Elle progresse de 10 % par an, soit environ 120 000 interventions chaque année. Sur 1300 praticiens déclarés en France, neuf-cents exercent sans diplôme. « De nombreux chirurgiens en font une activité purement commerciale sans se préoccuper du bien-être de la personne ». Pour Pierre Nahon, spécialiste en chirurgie esthétique, plastique et reconstructrice, certains chirurgiens bénéficient du rapport de confiance pour exploiter la détresse des gens. Parfaitement d’accord avec le spécialiste, Michèle travaille depuis quinze ans aux côtés de professionnels à Paris. Elle fait un triste constat : « Les chirurgiens esthétiques viennent ici pour l’argent, il suffit qu’ils s’installent sur la Croisette et pour eux, c’est le paradis. La clientèle, qui est à proximité, leur est offerte sur un plateau ».

Pourquoi la chirurgie esthétique sur la Côte d’Azur est-elle aussi présente ? Amandine, une jeune cannoise, y a eu recours l’an dernier « après mûre réflexion », dit-elle. « Je me suis faite refaire les seins que je ne jugeais pas assez gros (…) Mon souhait est de plaire aux garçons au maximum ». L’évolution que connaît la chirurgie plastique se ressent énormément dans la région puisque le coin dégage un certain exotisme : « Le climat est très propice aux petites tenues, les gens ont la possibilité de se montrer, la plage, les festivals. Et puis il y a l’argent, les belles voitures. Tout cela favorise l’apparence et le goût pour l’exubérance », ajoute-t-elle.

Pourquoi résister à la réalisation d’un vœu, cher à beaucoup d’azuréennes, alors qu’un coup de bistouri peut désormais rectifier (voire accentuer) les petits défauts de chacun, qui font pourtant la grandeur et la richesse de l’humanité ? On peut naturellement comprendre le mal-être psychologique qu’engendre une malformation physique, on peut moins admettre le recours excessif à la chirurgie esthétique : « Ici, c’est un défilé de monstres, elles sont complètement défigurées », conclut Michèle. A quand la chirurgie réparatrice … du cerveau ?

  On n’arrête pas le progrès14_joconde

La nouvelle tendance de la chirurgie esthétique est au remodelage et au resserrement vaginal. Très en vogue aux Etats-Unis, la dernière folie de l’esthétisme (si on peut encore l’appeler ainsi) atteint l’hexagone. Pour modèle, les cliniques américaines, qui offrent depuis cinq ans environ ce type d'intervention médicale.

Inspirées des films pornographiques, les patientes peuvent concevoir leur contour de lèvres idéal en feuilletant un magazine et comparer « avant » et « après ». En se banalisant, la pornographie devient de plus en plus une référence en matière de beauté féminine. Le besoin de perfection est de plus en plus grand chaque année et s'est maintenant déplacé des parties du corps évidentes au public, aux parties les plus intimes d'un corps de femme. D’autres encore se font resserrer le vagin pour augmenter leur plaisir sexuel.

Naturellement, toutes ces opérations entraînent des risques de complication. Il peut causer des dommages aux nerfs et aux organes voisins, les cicatrices peuvent rester douloureuses et saigner, et le comble, un resserrement supplémentaire peut se produire et interdire tout rapport sexuel...