Les cadeaux étaient à peine déballés au pied du sapin que beaucoup d'internautes découvraient sur leur messagerie électronique une invitation... à revendre les cadeaux qui les auraient décus.
Chacun des sites de vente aux enchères étalent leurs statistiques ;noel eBay France, leader du marché, informe que 15% des internautes français revendent déjà leurs cadeaux. Et PriceMinister affirme qu'une personne sur trois se dit insatisfaite des présents qu'elle a reçus à Noël !
La déception au pied du sapin n'est pas nouvelle, profondément liée aux inquiétudes qui accompagnent l'achat du cadeau. Mais jusqu'ici, elle se faisait plus discrète. Le bibelot désolant était remis dans un coin perdu de la maison, quant au bouquin sans intérêt trouvait sa place au fin fond d'une bibliothèque. On peut y voir de l'hypocrisie, mais aussi la perpétuation d'un rite social.
Tendance à devenir une fête essentiellement consumériste, Noël, conserve cependant son âme festive qui marque la fin de l'année.
Et les cyberbrocanteurs s'acharnent à vouloir nous débarasser de nos derniers principes en même temps que de nos cadeaux. Ces pratiques accélèrent les réalités d'une société de consommation où seule compte, la satisfaction égoïste et immédiate.
On savait déjà que le Père Noël pouvait être une ordure. Ceux qui prétendent le succéder dans ce nouveau  business, sont bien placés pour le dépasser.