Le deuxièle_pen_1me tour ne lui suffit plus. Le Pen croit sérieusement en ses chances. "Comme en 2002, je vais probablement être au deuxième tour de l'élection présidentielle. Mais à la différence de 2002, je peux, en 2007, gagner l'élection, car je serai probablement opposé à la candidate de gauche" a-t-il pronostiqué lors de ses vœux à la presse au siège du Front national à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine).
Ne voulant surtout pas s'arrêter en si bonne voie, Le Pen a démarré l'année avec l'intention d'occuper le terrain médiatique et ses passages ne passent jamais inaperçus. Il s'est arrangé son image, travaille la communication et ses attitudes sont de plus en plus calculées. A commencer par le choix d'une jeune fille maghrébine pour son affiche de campagne. Image plus lisse, discours formaté, le client Le Pen risque de faire les yeux doux à toute une population influençable dans une France fragilisée et perturbée par de nombreuses crises qui ont émaillé l'année 2005 et 2006. La crise des banlieues, la précarité, les difficultés so
affiche_sarkozy_le_penciales, et surtout, la sécurité et l'immigration, deux thèmatiques que Le Pen lie facilement entre elles.
Le Pen tente de soutirer des voix à Sarkozy en contrôlant ses dires et ses attitudes. Sarkozy fait de même en martelant "halte à la délinquance" en prenant des décisions extrêmistes.
Aucune moralité pour ces deux prétendant
s, aux idées dangereusement similaires, prêts à jouer sur le terrain de l'adversaire, dans un unique objectif : le pouvoir.