Avec près de cinq-cents mille personnes qui ont signé le pacte écolologique de Nicolas Hulot, dont plusieurs candidats, la question environnementale sera évidemment un point incontournable des prochaines échéances électorales. Et c'est tant mieux. Ségoln_hulotène Royal, Nicolas Sarkozy, Corinne Lepage, Dominique Voynet et François Bayrou ont adhéré et ont promis un vice-premier ministre chargé du développement durable, s'ils deviennent Président.
Après le 15 janvier, nous saurons si Nicolas Hulot est candidat pour la présidentielle de 2007. Voyant ses intentions de vote atteindre les 11% (principalement des jeunes), on peut se demander s'il va décider de se présenter.
Le rôle de cet homme populaire est d'alerter les politiques et d'apporter le débat. Qu'il profite de sa popula
rité pour le faire. Mais de là à ce qu'il soit candidat alors qu'il ne connaît pas la politique, c'est peut-être pas la meilleure des choses. Il serait dangereux de confier les clés de la maison à un homme inexpérimenté. Il est vrai que ce n'est pas le seul prétendant à être vide de compétences politiques, et c'est un peu ce qui me fait peur. Nous n'avons pas en France d'hommes politiques passionnés, compréhensifs du quotidien des gens et à l'image de la société. Ou très peu. Le pouvoir et l'égo priment malheureusement.
Si son projet de sensibiliser la société aux dégâts écologiques causés par l'activité humaine, est judicieux, il lui manque de multiples expériences en tant qu'élu avant de prétendre à autre chose que ce à quoi il vient d'accéder, à savoir, mettre l'écologie au coeur de la campagne présidentielle.